Tourisme et patrimoine vont de pair à Roquevaire doté d’un écrin naturel sans pareil. Le patrimoine local est riche et très varié dans de nombreux domaines comme l’urbanisme, les monuments, les archives, les œuvres d’art, l’environnement… 
Le tourisme est une compétence transférée au Conseil de Territoire du Pays d’Aubagne et de l’Etoile et à l’Office de Tourisme Intercommunal (www.tourisme-paysdaubagne.fr).

Agréable petite commune de plus de 9000 habitants, Roquevaire doit son nom au rocher qui la surplombe. Avec le Garlaban pour horizon et le massif de Bassan pour frontière, blottie au coeur des paysages chers à Marcel Pagnol peuplés de cigales et d’oliviers, elle a su préserver son identité de village provençal.

Roquevaire, vue générale

La commune de Roquevaire s’étale dans la vallée, étirant maisons et petits lotissements sur les flancs des collines environnantes, en maintenant un équilibre agréable entre urbanisme et mode de vie rurale. ROQUEVAIRE centre ville, LASCOURS village pittoresque niché au pied du Garlaban, PONT DE L’ETOILE aux petits commerces accueillants et PONT DE JOUX constituent par leur diversité l’originalité de Roquevaire.
Randonnées pédestres, patrimoine historique, Festival d’Orgue, Cavalcades lors des Fêtes de la Saint-Eloi, expositions de Peintures, Fête de l’âne, Huveaunades, Festival du Rock’Vert, spectacle de Noël, sont autant de possibilités de divertissements. A égale distance entre Marseille, Aix, les Calanques et les plages, Roquevaire s’inscrit dans le Pays Aubagnais.

Les 5000 tuyaux de l’orgue de Roquevaire, un joyaux dans l’Eglise Saint-Vincent.

L’Eglise Saint Vincent du XVIIIe siècle, véritable basilique de 2300 m2, réunit le grand Orgue personnel de Pierre Cochereau, ancien titulaire des Grandes orgues de Notre-Dame de Paris, les jeux de l’orgue de l’église de Roquevaire et 72 nouveaux jeux, totalisant près de 5 000 tuyaux. Sa palette sonore en fait l’un des meilleurs instruments au monde.
Le Festival International d’Orgue a lieu chaque année de mi-septembre à mi-octobre. Concerts et récitals sont donnés sur l’instrument considéré comme l’un des plus importants de France.

Le Rocher, majestueux, qui a inspiré le nom de la ville où l’on aperçoit les ruines du château (époque du Duc d’Epernon). Pierre Bremond d’Auriol va faire édifier le château de Roquevaire à partir de 1155 et le lègue à l’un de ses fils, Bertrand qui sera à l’origine des premiers seigneurs de Roquevaire. Le château va connaître tout au long des siècles qui suivront une succession de propriétaires et seigneurs différents. Le Duc de Guise ordonnera sa démolition en 1596.

Clocher du Moyen Age

Le Clocher du moyen-âge, anciennement Notre Dame de Lausa, devenu l’Horloge surplombant le bourg. L’église Notre Dame de Lausa est contemporaine du château (1155-1250). Elle lui a survécu jusqu’à la Révolution Française et sera détruite en 1794. Son clocher transformé en horloge, seul témoin de son existence, va subsister.

Le Pont Bonaparte du XVIe siècle qui enjambe l’Huveaune.

Le Clos Castellan : cette maison de maître du XVIIIe siècle ornée d’un fronton représentant l’allégorie du travail, a abrité une savonnerie alimentée en eau par un aqueduc.

Eglise Saint-Vincent

La Chapelle Saint Vincent : située dans le défilé Saint-Vincent, entre Pont de Joux et l’entrée nord de Roquevaire, cette chapelle mérovingienne (classée monument historique) est l’une des plus anciennes chapelles de Provence (Xie siècle). Bâtie sur une nécropole romaine, elle est dédiée à Saint-Vincent, diacre martyrisé à Saragosse en Espagne. Elle fut détruite au cours des invasions très fréquentes dans la vallée de l’Huveaune aux VIIe, VIIIe et IXe siècles. Elle fut reconstruite aux Xe et XIe siècles en préroman, c’est ainsi qu’elle se présente encore très délabrée. L’autel classé de cette chapelle sert pour l’exercice du culte au sein de l’église Saint-Vincent. La chapelle est orientée d’Est en l’Ouest conformément aux règles établies pour les vieilles basiliques. Le toit devait probablement être recouvert de pierres en forme de dalles selon le chanoine Arnaud. La porte d’entrée s’ouvre dans l’axe de la façade occidentale en plein cintre. Elle n’est pourvue d’aucun ornement mais est surmontée d’un oculus. L’autel mérovingien classé de cette chapelle se trouve actuellement au sein de l’église de Roquevaire. Cet autel date très probablement du Ve siècle.

Plus haut, le village de Lascours offre la porte des collines pour tous ceux qui aiment marcher. Le climat est idéal, le vent est plus faible qu’ailleurs et les chemins de plaine aussi intéressants que les randonnées dans les collines. Lascours est le point de départ de randonnées pédestres notamment au sommet du Garlaban, où vous pourrez apercevoir un panorama insolite sur Marseille, le Cap Canaille, la Sainte Victoire, les massifs de la Sainte Baume et de l’Etoile. Le village est aussi connu comme un lieu d’escalade.

Roquevaire l’Artistique

La « Maison de Celle qui peint » à Pont de l’Etoile, dans le style « art singulier ».

Patrie des artistes, elle a souvent été surnommée « La cité des peintres » et a compté au nombre des plus célèbres Auguste Sieyès, Francis Lascour, Georges Castelli. Elle accueille chaque année des expositions, décerne un Grand Prix de peinture et a su, depuis longtemps, inspirer les artistes par la luminosité et la singularité de ses paysages par la diversité de ses hameaux.

Dans un style plus particulier, vous découvrirez à Pont de l’Etoile, « La maison de Celle qui peint » dont la propriétaire créatrice, Danielle Jacqui est à l’initiative du Festival International d’Art Singulier.

Le blason historique, origines

Les premiers éléments d’armoiries de Roquevaire remonteraient à 906.
Les couleurs
Or : en héraldique on distingue deux métaux, l’or et l’argent. L’or évoque le soleil, la pierre précieuse topaze, l’intelligence, le prestige, la vertu, la grandeur et plus généralement la connaissance divine chez les Ségo-Briges (proto-Grecs).
Gueule : le rouge est la principale couleur de l’héraldique. Il est associé à la planète Mars, au rubis, au désir de servir sa patrie.
Les symboles
L’étoile : Massif de l’Etoile, Pont de l’Etoile… ce signe est très présent à Roquevaire. On l’attribue généralement à l’étoile des Rois Mages ayant une origine vers l’Orient, elle désigne aussi l’étoile lunaire Astertia, objet de culte.
Le château est le signe de l’existence d’une forteresse sur le lieu. Le rocher est à l’origine du nom de la commune qui s’intitule Rupes Varia en latin, puis Rocca Vaira, Rocha Varia et Rocovayro en Provençal. Frédéric Mistral dans « Lou Trésor Dou Felibrige » donne un double sens à Vairo, en Provençal : terrain rocailleux et mêlé de blanc et de gris.

Situation géographique

La commune de Roquevaire est limitée par le Massif de la Sainte-Baume (718 m) au levant et le Garlaban (712 m) au couchant. Les deux chaînes de la Colombières à l’ouest, et de Bassan à l’est, se resserrent brusquement au nord au lieu dit Défilé de Saint-Vincent dans lequel s’engage l’Huveaune.

Repères
Population : 9078 (INSEE au 1er janvier 2018)
Gentilé : Roquevairoises et Roquevairois
Territoire communal : 2383 hectares
Altitudes : 
– 152 m à Pont de l’Etoile
– 162 m à l’Hôtel de Ville à Roquevaire
– 178 m à Pont de Joux au passage de la route sur l’Huveaune
– 235 m au Rocher du Château à Roquevaire
– 240 m à Lascours
– 342 m au sommet de la Rouveirolle
– 628 m au Mont du Marseillais
Distances : 7 km d’Aubagne / 26 km de Marseille / 27 km d’Aix-en-Provence

Communes voisines limitrophes
Allauch, Aubagne, Gémenos, Auriol, La Destrousse